Image HD
Notice

Cette vue de très grande qualité montre le quai et le pont des Bergues à Genève. Elle a été prise d’un point surélevé, probablement un immeuble du Grand Quai (actuel quai du Général-Guisan). Elle n’est pas inversée, contrairement à la plupart des daguerréotypes, grâce à l’emploi d’un petit miroir ou d’un prisme placé devant l’objectif. Non datée mais probablement antérieure à 1851 (pour en savoir plus, voir 84.XT.255.25), elle fait partie des rares représentations urbaines d’Eynard. Sa précision permet d’apercevoir quelques nuages dans le ciel, ce qui est rare dans l’œuvre d’Eynard et difficile à réaliser. Cette image forme le premier volet d’un diptyque qui, avec un second volet représentant l’île Rousseau et les Pâquis (84.XT.255.25), constitue une sorte de vue panoramique de la rive droite du Rhône, unicum dans la production d’Eynard. On constate cependant un petit décalage en hauteur entre les deux pièces, ainsi qu’un léger chevauchement, ce qui ne permet pas de composer une image unique en les juxtaposant. La volonté d’Eynard, qui est toujours de tendre vers une extrême précision, n’était probablement pas de réaliser un panorama au sens strict du terme, mais d’immortaliser deux aspects totalement différents de cette zone de la ville alors en pleine mutation. En effet, cette vue urbaine montre le nouveau visage de la cité de Calvin : le quai des Bergues est bâti en 1830, le pont en 1833-1834, tandis que l’hôtel des Bergues, premier grand hôtel moderne de Suisse, est élevé entre 1830 et 1833. A contrario, l’autre plaque (île Rousseau et Pâquis) révèle le caractère encore verdoyant et presque bucolique de certains quartiers situés en bordure de la ville.

Il se peut qu’Eynard se soit inspiré d’une œuvre de Jean DuBois (1789-1849) pour choisir son point de vue. Il a réalisé un autre daguerréotype qui ressemble étonnamment à celui-ci, même si certains détails, dont les stores de l’hôtel des Bergues, tantôt baissés, tantôt relevés, prouvent qu’il ne peut s’agir de la même séance de pose. Cette plaque n’a pas été retrouvée, mais on l’aperçoit sur l’un des autoportraits d’Eynard (84.XT.255.42). (I. Roland)

Description
Numéro d'inventaire
84.XT.255.24
Autre(s) no(s)
No. de catalogue : 2.2.
Dénomination
Photographie
Auteur(s)
Datation
avant 1851
Référence(s) géographique(s)
Lieu représenté : Bergues, pont des
Lieu représenté : Bergues, quai des (avec l'Hôtel des Bergues)
Lieu représenté : Rhône, fleuve
Lieu représenté : Ile J.-J. ROUSSEAU
Iconographie
Sujet(s) représenté(s)
Type(s) de représentation
paysage urbain
représentation d'architecture
Données de base
Matière/technique
daguerréotype 1/2 plaque, redressé; fenêtre rectangulaire aux angles arrondis; verre de protection peint
Dimensions
fenêtre: 111 x 149 mm
montage: 168 x 209 mm
Inscriptions
inscription (manuscrite, mine de plomb au v. en b. à g.) : N. verre l5.11.71
Inscription posthume : Oui
Propriétaire
Los Angeles, J. Paul Getty Museum
Acquisition
Mention obligatoire
Los Angeles, J. Paul Getty Museum
Références
Bibliographie
Baume-Cousam Ursula (dir.), Rivier Alexis (dir.), Schätti Nicolas (dir.) avec la participation de Fischer Elizabeth, Goncerut Véronique, Martorana Cinzia, Roland Isabelle, Sardet Frédéric, Eynard photographe : catalogue raisonné des daguerréotypes (1840-1855), Genève, Bibliothèque de Genève, 2020, 1 ressource en ligne
Santschi Catherine, Auer Michèle, J.-G. Eynard : au temps du daguerréotype, Genève 1840-1860, Neuchâtel, Paris, Ides & Calendes, 1996. Photoarchives, 4, 82 p., page 9