Jean-Gabriel Eynard avec les de Regny, les de Traz et deux domestiques à Fleuri

entre 1852 et 1853
CIG Eynard standard
CIG Eynard secondaire
Image HD
Image HD
Notice

Sur cette stéréoscopie, Eynard et la famille de Regny posent avec d’autres personnes devant la maison de maître de Fleuri, à Rolle, élevée pour Alfred Eynard vers 1833. Cette vue n’est pas datée, mais Eynard et les de Regny sont vêtus à l’identique sur une stéréoscopie prise dans le domaine voisin de Grand Fleur d’Eau le 18 décembre 1852 (2013 001 dag 097), soit probablement le même jour. Une fois de plus, Eynard associe représentation d’architecture et portrait de groupe, proches et domestiques. Le bâtiment occupe une place importante dans la composition ; sa façade sud-est, vue de trois quarts, apparaît dans sa quasi-totalité. L’image est inversée, comme le révèle l’inscription qui surmonte la corniche, « Heureuse la Nation dont l'Eternel est le Dieu ». Eynard a rarement choisi le domaine de Fleuri comme sujet ou cadre de ses daguerréotypes. Une autre stéréoscopie montre cette façade bordée d’une galerie, mais avec un cadrage un peu plus serré (p 1973 237). On y retrouve Eynard et les de Regny habillés à l’identique et dans des attitudes similaires ou presque, preuve qu’il s’agit de la même séance de pose. Ces deux vues constituent un précieux témoignage de l’état d’origine de cette demeure rehaussée d’un riche décor néogothique et pittoresque qui a été en grande partie supprimé en 1945-1946 (Bissegger 2001, p. 316-319).

En bas sur la terrasse, les personnes sont disposées selon une mise en scène soigneusement orchestrée. À gauche, la petite Marie de Regny regarde en direction de sa mère, qui semble en pleine discussion avec sa sœur Caroline de Traz ; à droite, Alphée de Regny tient son fils Henri par la main. Légèrement en retrait entre ces deux groupes, Eynard fixe l’objectif, debout derrière un siège vide, objet récurrent dans son œuvre. En haut sur la galerie, quatre personnes placées à une certaine distance les unes des autres posent de façon plus conventionnelle. On reconnaît deux employées d’Eynard qui portent un petit bonnet de lingerie et entourent Hilda Eynard ou Amélie de Traz, ainsi que Charles de Traz. Il est intéressant de noter que, pour une fois, parents et domestiques alternent au lieu d’être répartis en deux groupes séparés. (I. Roland)

Description
Numéro d'inventaire
2013 001 dag 104
Autre(s) no(s)
No. de catalogue : 1.7.
Dénomination
Photographie
Auteur(s)
Datation
entre 1852 et 1853
Référence(s) géographique(s)
Lieu représenté :  Rolle, Fleuri
Données de base
Matière/technique
daguerréotype stéréoscopique 1/3 de plaque, inversé; fenêtre en anse de panier aplatie; verre de protection peint
Dimensions
fenêtre: 70 x 60 mm chacune
montage: 85 x 174 mm
Propriétaire
Ville de Genève, Genève
Acquisition
Mention obligatoire
Bibliothèque de Genève
Références
Bibliographie
Baume-Cousam Ursula (dir.), Rivier Alexis (dir.), Schätti Nicolas( dir.) avec la participation de Fischer Elizabeth, Goncerut Véronique, Martorana Cinzia, Roland Isabelle, Sardet Frédéric, Eynard photographe : catalogue raisonné des daguerréotypes (1840-1855), Genève, Bibliothèque de Genève, 2020, 1 ressource en ligne
Bisseger Paul, Entre Arcadie et Panthéon : grandes demeures néoclassiques aux environs de Rolle, Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 2001, Bibliothèque historique vaudoise, n°121, 477 p., p. 316-319